Culte

Quoi de mieux qu’un Grand Méchoui Sacré si ce n’est deux Grands Méchouis Sacrés ?
Rien! Absolument !

Une prière au GMS assure à votre journée qu’elle soit belle, fleurissante, agréable, captivante, savoureuse, délectable, shampoing, enchanteresse, attrayante, au poil, succulente, euphorisante, excitante, exquise, poële à frire et autres dérivés du mot sympathique.

Matin, Midi et Soir, entre le Journal Télévisé et un brossage de dents, la prière est un acte quotidien favorisant l’épanouissement de votre être. Il vous confère de la confiance en vous et contribue à votre bien être, celui de votre famille et de votre lavabo. En plus de cela, une prière méchouiste ne demande ni chapelet, ni pieds nus et tapis, mais un simple entonnoir (vous pourrez vous en procurer pour toute la famille au Ikea le plus proche de chez vous).

La prière :

Ô toi grand méchoui sacré
Qui guide nos pas vers la liberté
Montre aux autres ton incommensurable puissance
Il faut toujours tenir une tasse par son anse
Je promet que cette semaine
Je n’aurai pas mauvaise haleine
Amen ! tes fesses ici que je te botte le cul !


GMS
Vidéo envoyée par gms-pROCK

Mais vous allez me demander : quelles sont les origines du méchoui sacré ? Et je vous répondrai qu’originaire de l’Afrique du Nord et des pays arabes, le méchoui prend de plus en plus sa place dans nos mœurs estivales. On le déguste en plein air, lors de festivals et mariages ou encore, de façon plus modeste, en famille, grâce au support du barbecue.

Lundi : Réciter la prière pour la semaine
Mardi : Se procurer une pelle et un agneau
Mercredi : Apprendre a faire un feu *
Jeudi : Faire un feu
Vendredi : Faire cuire l’agneau
Samedi : Assaisonner l’agneau
Dimanche : Entamer l’agneau.

* lors de toutes les semaines qui suivent la première semaine vous devrez soit :
a) Réapprendre à faire du feu parce que vous n’êtes qu’un gros bêta.
b) Vous rendre à l’épicerie pour acheter du tapioca pour votre Mère-grand.
c) Boire un grand verre, non pas d’huile d’arachide, mais de terre.
d) D’aucun dirait « la réponse d » mais dans le cas présent : attendre le lendemain et voir si le soleil se lève encore.

Bon bien sur, les mauvaises langues dirons que c’est bien beau mon histoire mais que manger juste le dimanche même si c’est un agneau bien assaisonné dans toute sa copieusité, c’est pas suffisant pour toute la semaine suivante !

Voilà qui prouve donc que les opposants au Grand Méchoui Sacré sont dénués de toute perspicacité, car il est bien écrit dans les ordres de la semaine et je cite: « ENTAMER L’AGNEAU » ce qui signifie donc qu’on ne le finit pas, on le mange même en réalité durant toute la semaine matin midi et soir du dimanche au samedi avant d’en attaquer un autre et ceci jusqu’à la mort du sujet à qui s’ouvrira le royaume du Grand Méchoui Sacré mais cela fera l’objet d’un chapitre ultérieur. Venons en donc aux faits.

D’ailleurs le cycle du méchoui hebdomadaire a donné il y a fort longtemps de cela, naissance à une chanson très célèbre encore de nos jours que je m’en vais vous chanter ou plutôt citer enfin bref :

Lundi du méchoui
Mardi du méchoui
Mercredi du méchoui aussi (remarquez cette rime!)
Jeudi du méchoui
Vendredi du méchoui
Samedi encore du méchoui (là ça ne rime pas mais je tiens à ce que vous appréciez pleinement la beauté de cette phrase)
Et dimanche le jour du grand méchoui sacré, nous mangeons (le suspens est à son comble, vous vous demandez avec angoisse ce que l’on peut bien manger le dimanche, la sueur perle sur vos fronts et moi avec une habileté hors du commun je fais durer cet intense moment de suspens insoutenable… mais là le lecteur soit disant perspicace (si vous voulez mon avis, c’est le même que la mauvaise langue de tout à l’heure (et ne vous inquiétez pas j’arriverai à fermer toutes mes parenthèses (enfin j’espère… (enfin aussi le lecteur soit disant perspicace ne m’aide pas… )))) ( 4, le compte y est mais il m’en reste encore une…) me dira bien évidemment, de son habituel ton méprisant, que lui il s’en doute bien et que cela ne peut être que du méchoui, celui qu’on vient de terminer, le jour même) du méchoui assaisonné (parmech! (car peut être ne le saviez vous pas, mais pardi est une abréviation de par dieu)).

Avec tout ça vous n’avez sûrement pas remarqué la grandeur de la rime de la dernière phrase et je tiens à féliciter le virtuose inconnu qui a composé cette douce mélodie ! Au fait le lecteur soit disant perspicace s’est encore trompé !